Parcours de vie

Je suis né à Chalon sur Saône. C’est une petite ville de Bourgogne nichée géographiquement entre Beaume et Lyon réputée pour son festival des Arts de la Rue et son musée de la photographie dédiée à une figure célèbre de l’histoire, Nicéphore Niepce. Avant de devenir thérapeute, j’étais une sorte de saltimbanque à la fibre artistique : clowns de rue, musicien, peintre, poète romantique des vanités, chaman en herbe (sans jeux de mots)…

Evénements clés :

Si je devais mentionner trois événements clés dans ma vie, je citerais le pragmatisme spirituel du chamanisme toltèque à travers les livres de Carlos Castaneda et la rencontre un soir d’été d’un groupe de « sorciers » aux « Miroirs aux Fées » à Tréhorenteuc (Brocéliande). Etalée sur une vingtaine d’années, cette rencontre a donné lieu à tout un tas d’expériences en état de conscience élargie qui constitue encore un référentiel afin d’aborder d’un œil critique certaines de nos expériences de vies qui n’entrent pas dans le moule de notre mental nourri au matérialisme moderne. Ces expériences et cette appétence pour le chamanisme et les états de conscience altérée ont d’ailleurs fortement influencé la proposition des Voyages Sonores.

Danse-Contact

La rencontre avec le monde de la danse contemporaine a été un tournant incontestable dans ma vie. Cela a été une matière qui m’a révélé à moi-même, dans ma gestuelle, mon placement dans l’espace, mon rapport au corps. La danse-contact est venue naturellement parachever cette exploration intérieure. L’expérience parallèle qui a bouleversé mes repères et mes habitus relationnels a porté notamment sur la rencontre, le point de contact et l’absence de l’autre, la perte du point d’appui. Ce fut une expérience symbolique douloureuse de mon rapport avec la mort et mon attachement affectif. Sans ces années passées dans le monde fascinant des danseurs et cette révolution intérieure initiée par la pratique de la Danse-Contact, jamais je n’aurais pu envisager la pratique de l’accompagnement thérapeutique.

Point d’Appui : la rencontre du Sensible

C’est d’ailleurs lors d’un festival que je rencontre un somato-psycho-praticien, diplômé de l’Ecole Point d’Appui fondée par Danis Bois. Le contacté du sentiment que j’avais de moi sous la main de ce praticien a été ma seconde révolution intérieure. Une voie d’accès à la connaissance de soi et une ouverture par le sensible du corps vers l’imprégnation d’une élévation spirituelle : une philosophie tantrique appliquée à la sensation corporelle de soi.

Ce diplômé a accepté de me former à sa pratique et à travers elle à la sensibilisation de mon propre sensible, c’est à dire à la perception organique de ma nature impalpable.

Avant d’en terminer avec cet enseignement, ce diplômé et ami m’a confié :

« Je t’ai appris une manière de sentir le corps et l’esprit dans la matière du corps, à toi maintenant d’inventer ton métier. »

En élève modèle, j’ai suivi son enseignement à la lettre avant de me révéler à moi-même et d’inventer mon métier. C’est cela que je vous offre aujourd’hui, un cheminement à travers votre propre sensible, à la rencontre de cette nature impalpable dont vous êtes le miroir et le reflet.

« C’est le fait même de vivre, dans l’attention à toutes les dimensions de l’existence, qui est la meilleure préparation à la réalisation de soi. »

P. Coussy