Accompagner la perte de sens

Qu’est-ce que « la perte de sens » selon THERACORPS ?

C’est l’absence de réponse claire et fiable à deux questions majeures :

  • Pour quoi ?
  • Vers où ?

L’absence de réponse à ce besoin essentiel, aussi bien individuel que collectif, nous plonge dans le désarroi de l’immobilisme contraint. Elle trouble la puissance de nos élans et la qualité de notre « être-là ».

Sans désir, pas de chemin

Ce désarroi est d’autant plus préjudiciable qu’il désavoue notre désir de conquête, de découverte et d’innovation qui font le sel de la vie. Il ferme l’horizon et nous plonge dans l’obsession angoissante du vide et du chaos que cette stupeur nous empêche d’ordonner. En définitive il saborde nos capacités de résilience et d’ajustement.

Crise sanitaire

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement, les choix stratégiques qui lui sont opposées et les injonctions contraires qui bouleversent notre quotidien est particulièrement impactante de ce point de vue :

  • Parce que les êtres humains que nous sommes aspirent à faire partie d’une communauté, il nous faut du lien.
  • Parce que les êtres humains que nous sommes aspirent à développer notre nature sensible, il nous faut « toucher » l’autre, donner à ce contact toute sa saveur empathique, tactile.
  • Parce que les êtres humains que nous sommes aspirent à croître et prospérer, il nous faut des perspectives.

Le sentiment d’isolement qui accompagne les périodes de confinement met en péril les points d’appuis de nos aspirations fondamentales.

Une jeunesse « sacrifiée »

Ce péril est d’autant plus vrai pour nos adolescents et nos jeunes adultes qui ont besoin de se projeter et d’édifier les contreforts de leur future autonomie. Plus que quiconque le lien social, fraternel, communautaire, leur est indispensable pour penser une société à laquelle ils doivent naturellement et normalement apporter un vent de fraîcheur et de renouveau.

Cette jeunesse et la promesse qu’elle porte en elle se retrouve ainsi compromise, prise entre le marteau et l’enclume pourrait-on dire. Une situation absurde qui pourrait se résumer ainsi : pour s’empêcher de mourir, arrêtons de vivre. La société fait ainsi supporter sur leurs frêles épaules portées par la nécessaire insouciance qui justifie cet âge, tout le poids de ce paradoxe nihiliste.

Cette négation du « quoi qu’il en coûte » a inévitablement un prix : elle nous coupe de notre lien aux forces instinctuelles du Vivant et sacrifie le goût des choses. La perte de sens n’en est que la conséquence directe.

Quelle réponse apporte THERACORPS ?

Comme la plante dont les racines plongent plus profondément dans la terre pour aller chercher les nutriments indispensable à sa survie et sa croissance, nous devons dans ces moments où le « pour quoi » et le « vers où » nous échappe plonger plus profondément à l’intérieur de nous-même, nous ancrer davantage dans notre être-là afin de puiser dans les fondements même de ce qui fait notre force. Il nous faut aller aux racines de notre humanité, aux sources même de cette pulsion de vie, promue et transmise par nos ancêtres de générations en générations et dont la persévérance tenace a aboutit à notre naissance. C’est là, dans cette reliance aux forces actives du Vivant en nous que se trouve une des réponses à cette épreuve que nous traversons tous et toutes.